Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Le monde que nous vivons actuellement

Posté par: Sene gueye| Mardi 21 avril, 2015 15:04  | Consulté 1740 fois  |  0 Réactions  |   



Le monde que nous vivons actuellement traverse non seulement une crise spirituelle mais aussi métaphysique.Devant la gravité de l'heure et l'imminence du danger,l'humanité a besoin plus que jamais aujourd'hui d'exemples vivants qui éxaltent les esprits et qui permettent de regarder de plus haut un monde matérialiste, inquiet ,partagé entre la crainte et l'espoir, avec des ambitions demesurées d'hommes ayant perdu le sens des réalités et qui , sans apprendre à dominer leurs passions, ont dominé la nature grace au développement des sciences et des techniques qui ont modifié leur vie...

C'est pourquoi, nous ( toubamajalis.com) vous proposons cet article écrit par Serigne Sam Mbaye(RTA).

Le vrai perdant est celui qui a perdu sa vie l’ayant passée dans les distractions inutiles, jeux, palabres et controverses interminables dans les assemblées où l’on rit et discute toujours sans profit religieux.

Notons que dormir toute la nuit chaque jour, c’est perdre la moitié de sa vie, qu’il faut nécessairement apprendre d’abord la « sharia » et mettre ses principes en application avant de s’occuper de la mystique car cette dernière n’a pour fondement que la première.

Le cheikh est un grand sauveur, mais il faut l’écouter, exécuter ses ordres, voire suivre son exemple.

Il faut le servir et lui obéir, voir comment il agissait, le contempler s’édifier à ses actes à ses paroles et l’aimer pour la face Dieu. Son exemple est presque indispensable à une époque telle que la notre.

Actuellement nous vivons une époque très critique où très les ordres de Dieu et du prophète sont abandonnés et oubliés ainsi que les conseils des sages de la religion.

Aucune valeur morale ne compte aux yeux des gens, leur matérialisme dépasse les bornes, seules les jouissances terrestres les préoccupent.

De la religion, il ne reste que la forme. Les actes extérieurs que n’accompagne aucun sentiment sincère de la crainte ou de l’amour de Dieu ; la vraie vie religieuse leur est inconnue.

Hommes et femmes s’abandonnent à l’origie et au libertinage ; la thésaurisation et les parades sont à la mode ; on aime le luxe et le plaisir ; on foule aux pieds les règles de la bonne conduite et de la foi ; les jeux et les amusements dominent la vie du peuple, Satan qui oriente les hommes les a engagés dans la pire des voies.

Il faut se rendre compte cependant que le milieu ambiant et le genre de fréquentations sont des facteures déterminantes dans la tournure que connait actuellement la situation.

Alors que l’éducation des enfants est presque abandonnée, on ne s’en soucis plus ; la licence est manifeste dans les baptêmes dans les deuils les retours de pèlerinage (de la Mecque) dans les mariages, dans les grandes nuits de xawaaré ; le xeesal(la dépigmentation) sevit, sans même mentionner les multiples autres formes de gaspillages.

Il faut se réveiller et penser à revenir dans la voie d’Allah, seul moyen de salut et de bonheur dans l’au-delà avant qu’il ne soit tard, car la mort ne vient qu’à l’improviste.

Que la durée de cette existence est éphémère ! Et pourtant ce n’est que dans le cadre exigu de cette courte durée que nous aurons à préparer la vie éternelle. D’ailleurs Dieu dit à ce sujet : « La vie d’ici-bas n’est qu’une jouissance trompeuse » (S.57 ? V19) : Il affirme ailleurs aussi :

« Tout homme rebelle qui a préféré cette vie, aura l’Enfer pour demeure » (S79 V36) ;

Il prédira encore :

« L’homme n’aura ce jour que le fruit de ses efforts d’ici-bas et ses efforts seront vus. « (S53 V33)

Le prophète, quant à lui, lance cet avertissement :

VE «le paradis est entouré d’horreurs et l’enfer entouré de plaisirs » ; «le grand jour s’approche et les hommes en sont encore à se toquer de ce bas-monde, à s’éloigner du paradis et à se rapprocher de l’enfer » ;

il ajoutera :

« Il ya parmi les humains des hommes dont la moitié du corps serait morte mais l’autre moitié n’en serait pas même, pour autant, assez avertie » ;

Dans une autre sentence, il dira cette vérité :

S’il était donné à l’homme deux vallées pleines d’or il en chercherait quant même une troisième, car seul le sol est capable de remplir le sein du fils d’Adam. »

La chose est cependant très sérieuse, l’issue en est inconnue, l’homme est faible, son temps insuffisant, ses préoccupations nombreuses, son existence brève ses actions imparfaites, son contrôleur sagace, son voyage long et périlleux, son travail constituant son seul viatique, difficile.

L’amour du prestige, de l’autorité, de la fortune, constitue un mal pernicieux ; l’homme se trouve ainsi sur une pente très raide, très glissante, celui qui s’y laisse rouler ne s’arrêtera que dans le gouffre ardent et profond de la géhenne.

Notre guide éclairé encore que : (le prophète)

« Tous les hommes, hormis les érudits sont perdus, tous les érudits, exceptés ceux qui mettent leur savoir en pratique, sont perdus et ceux-ci, sauf les sincères, sont perdus, et les sincères sont au bord branlant d’une grande catastrophe. »

La grande majorité des contingents marchent précipitamment vers le péril ; quand un prédicateur parle sérieusement et ne dit que la vérité, les hommes, possédés du démo de leur plaisir et victimes de leur aveuglement, rétorquent :

Voilà un homme méchant qui a plaisir à faire peur, c’est lui qui est méchant, mais Dieu, lui, ne l’est pas heureusement, Dieu est bon.

Ils préfèrent qu’on taise la vérité, seulement parce qu’elle est amère, ils ne veulent pas l’entendre, même si cela devait les sauver. Ils désireraient qu’on les combles de paroles mielleuses, fussent-elles inventées de toutes pièces.

Quelles dangereuses illusions ! Hélas ! N’est-il pas plus sage de prévenir un péril imminent et certain enfin d’en être épargné.

Nombre de ces individus prennent plaisir à écouter les troubadours qui leur chantent, avec plus au moins d’habileté, des fantastiques balivernes qui les amusent et les grisent plaisamment.

Or ces savantasses sont des faussaires dangereux qui mériteraient d’être chassées ignominieusement de notre pays.

Après tout, il est plus sensé de songer aux terribles épreuves que l’homme aura à traverser de manière inéluctable afin de mieux s’y préparer.

L’envoyé nous a bien mis en garde contre la surprise catastrophique du grand événement ; il a tenu des propos qui devaient troubler le sommeil du plus négligent des idiots.

En clairvoyant, il a dit ceci :

     Si vous connaissiez ce que je connais, vous ririez peu, et pleureriez beaucoup.

      En Effet, c’est à la mort que se découvre aux yeux de l’homme tout ce qui lui était caché dans sa vie ; Dieu dit dans sa parole :

« Nous t’avons ôté le voile de tes yeux, et aujourd’hui ton regard est perçant » Le prophète avait dit dans le même sens :

« Les hommes dorment, ils se réveilleront quand ils mourront »

Les premières choses qui se découvrent à ses yeux, en ce moment, sont ses bonnes et mauvaises actions, autrement dit ce qui lui est utile et ce qui lui est nuisible à l’au-delà ; car cela était consigné dans le livre secret de son cœur, seules les attaches terrestres l’empêchaient de le voir.

Lorsque ces attaches sont rompues par la mort, toutes ses actions lui apparaissent ; chaque fois qu‘une de ses mauvaises actions lui apparait il en conçoit un dégout, un dépit, frayeur au-delà de toute description, cela au point même de préférer d’être précipité et englouti d’ores et déjà dans les abimes de la géhenne pour se dérober à un tel spectacle.

C’est alors en ce moment-là qu’on lui dira :

« Lis ton livre, aujourd’hui tu te suffis à toi-même comme comptable » (Coran, S17, v13)

Tout cela se passe lors de l’arrêt de la respiration et avant l’inhumation.

Les feux de la séparation pétillent en lui, la séparation d’avec ce qu’il aimait, dis-je, ici-bas dans cette existence trompeuse, excepté ce qu’il aimait seulement pour en faire son viatique pour l’autre monde.

Et cela est, avant même l’ensevelissement, un prélude des supplices qui assaillent l’homme dès la mort.

Pourtant dès l’inhumation, l’éventualité du retour de l’âme au corps est prévisible pour passer encore ...

Serigne Sam Mbaye

Toubamajalis.com

 L'auteur  sene gueye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés: Serigne Sam Mbaye, Monde, Touba
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
sene gueye
Blog crée le 14/07/2013 Visité 613383 fois 75 Articles 6120 Commentaires 58 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
Video - Apparition De Serigne Touba Sur un poisson-sabre ("Talar") à Kayar
Dernier Khassida ecrit par Cheikh Ahmadou Bamba Khadim Rassoul
26 Bonnes Raisons Pour lesquelles Le Musulman doit Se Marier
26 Bonnes Raisons Pour lesquelles Le Musulman doit Se Marier
Determination de la nuit de Laylatul Qadri selon Serigne Touba (RA)